Editorial de Laurent Vastel, Maire de Fontenay-aux-Roses, paru dans le Fontenay Mag de mai 2018.

Depuis quatre ans, comme Maire, j’ai appris à me méfier des certitudes. Comme les certitudes des uns sont parfois les pires craintes de leurs voisins, en faire une synthèse est un exercice périlleux.

 

Notre équipe plurielle, par la diversité de nos points de vue, nous permet de détecter les sujets sensibles ou clivants et parce que nous percevons ces différences, d’élargir le cercle de la concertation.

 

Depuis quatre ans, nous avons d’ailleurs développé systématiquement des concertations structurées et
approfondies, ouvertes au plus grand nombre, sur tous les sujets significatifs de la Ville : rénovation du quartier des Blagis, de l’espace public, du gymnase du Parc, Projet éducatif territorial de nos écoles ou PLU, etc.

 

Ce modèle de gestion participative ne se conçoit pas sans une démocratie participative active, dont les avis sont neutres vis-à-vis de l’équipe municipale mais engagés sur les projets concernés. La création d’un conseil participatif et de groupes de travail thématiques issus pour l’essentiel des comités d’habitants est, je pense, une innovation majeure que nous devons au groupe de travail conduit par Monsieur Delahaye dont je remercie l’engagement constructif.

 

Cette évolution nous permet de construire peu à peu un modèle de démocratie spécifique à notre ville, alliant projets de quartier et soutien logistique de la municipalité aux comités d’habitants, à une participation plus large sur des projets qui impactent toute la ville. Le travail thématique de grande qualité sur le stationnement, présenté il y a quelques semaines, a démontré la pertinence de la démarche

 

Bien sûr, rien ne sera jamais idéal ou parfait, et la méthode ne parvient jamais au consensus, qui n’existe que sur des sujets technico-techniques. Et encore certains parlent alors, de dictature technocratique…

 

L’autre limite de cette méthode de gouvernance est le temps. Temps de concertation, qui ne doit être ni trop court, ni trop long, contraintes de calendrier ou règles administratives complexes qui imposent si l’on veut avancer vers des réalisations concrètes, qu’à un moment, l’équipe municipale prenne ses responsabilités et décide. C’est le moment que choisit généralement l’opposition, pour se prononcer pour l’option contraire…

 

Mais de toutes ces méthodes, comme disait Churchill de la démocratie, c’est la plus mauvaise… à l’exception de toutes les autres. Et sur tous les sujets où nous l’avons expérimentée, elle a permis une amélioration sensible des projets. D’autres sujets suivront, qui seront déterminés lors de la première réunion avant l’été du conseil participatif.

 

En mai, profitons ensemble de notre belle ville lors des différentes festivités. Que ce soit lors du Fontenay
Musique Festival, de notre Fête de la Ville ou aux invitations des fêtes de voisins, auxquelles je réponds toujours positivement, j’aurai plaisir à échanger avec vous sur notre ville sous un ciel je l’espère, enfin clément.

 

À bientôt dans Fontenay-aux-Roses,

 

Laurent Vastel