Interview de Laurent Vastel, Maire de Fontenay-aux-Roses, parue dans le Fontenay Mag de septembre 2017.

Avancer avec l’ensemble des Fontenaisiens

A la fin des vacances d'été, le Maire Laurent Vastel fait le point sur les travaux en cours et inspecte les écoles. Il dresse le bilan du premier semestre et débute aussi la préparation du budget. Nous avons regardé l'agenda de septembre et l'avons interrogé sur quelques dates-clés qui marquent la rentrée et mettent en lumière les projets de la municipalité.

 

4 septembre : comment s’annonce la rentrée scolaire ?

Concernant les rythmes scolaires, c’est une année charnière. Il n’y aura pas de changements cette année mais des adaptations pour la rentrée 2018 avec l’élaboration du nouveau projet éducatif territorial.
Les familles seront consultées en octobre sur les rythmes scolaires. Cet été dans les écoles, nous avons encore eu un programme conséquent de rénovation, pour près d’un million d’euros, dont des travaux d’accessibilité. Depuis trois ans, ce sont des dépenses qui ne trouvent pas d’équivalent depuis un quart de siècle ! C’est donc encore un effort significatif pour rattraper le retard, comme pour le numérique. En effet, nous avons toujours le projet de câbler tous les établissements. Et il y aura déjà du nouveau dès la rentrée puisque la Ville s’inscrit dans le Plan Numérique initié par l’Éducation Nationale et des valises numériques de seize tablettes ont été commandées pour chaque école élémentaire.

 

6 septembre : vous recevez les bacheliers avec mention, est-ce un rendez-vous important ?

Oui, c’est la récompense du mérite, c’est grâce à l’école de la République que les jeunes s’élèvent dans la société. Organiser une cérémonie, c’est marquer le coup, valoriser leur travail, reconnaître et récompenser
leurs efforts. Ce rendez-vous montre que nous attachons de l’importance à leur réussite et nous leur remettrons des chèques-cadeaux et une place de théâtre à cette occasion.

 

10 septembre : pourquoi ne faut-il pas manquer le Forum des associations ?

Depuis notre arrivée, nous avons créé un guichet unique pour les associations et nous proposons aussi des formations pour les bénévoles. C’est essentiel de les aider en leur donnant les outils en particulier pour les questions juridiques et financières. Il y a aussi un meilleur suivi des associations et de leur évolution avec les appels à projets. Le tissu associatif est extrêmement dynamique à Fontenay-aux-Roses et le Forum des associations est un grand moment annuel d’échanges où peuvent être faites toutes les inscriptions. C’est aussi l’occasion de découvrir la rentrée culturelle avec les Journées du Patrimoine, les Portes ouvertes des ateliers d’artistes, l’ouverture de la saison du Théâtre ou encore le programme de la médiathèque, du conservatoire et du CCJL.

 

23 septembre : c’est le lancement du projet de roseraie au verger conservatoire, comment cette idée est-elle venue ?

Fontenay et les roses, c’est une vieille histoire d’amour ! Déjà à l’époque de Madame de Maintenon, la Ville fournissait la cour de Louis XIV et la production de roses de notre ville était bien connue. Dommage que cela se soit perdu, comme la fête des Rosati. Nous aimerions rappeler cette histoire et réanimer cette fête avec une roseraie au verger conservatoire. Le 23 septembre, une rose nouvellement créée portera le nom de notre ville, ce sera un petit clin d’oeil à l’Histoire. C’est un nouveau projet qui se met en place et j’espère qu’il va perdurer. Nos entrées de ville sont fleuries de roses, cela participe à l’embellissement.

 

28 septembre : vous inaugurez la crèche des Pervenches, quelle sera la prochaine étape ?

Cette inauguration marque l’achèvement de la rénovation de la crèche des Pervenches avec une augmentation du nombre de places pour les familles fontenaisiennes. La municipalité réalise un très gros effort pour les tout-petits. Nous nous situons au-dessus des autres villes pour les réponses positives apportées aux demandes de places en crèches, avec 203 places en accueil collectif. C’est significatif et nous allons poursuivre ces efforts pour maintenir ce taux, en diversifiant l’offre avec le Relais Assistantes
Maternelles et en réfléchissant aux futures possibilités d’accueil de la crèche Fleurie, actuellement fermée.

 

Et d'ici la fin de l'année, la concertation avec les habitants continue. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous lançons une large concertation sur l’aménagement urbain, pour avancer avec l’ensemble des Fontenaisiens, élargir à tous la réflexion et recueillir l’avis de chacun. Sur la Cavée, la concertation fonctionne plutôt bien, 280 personnes ont déjà voté. Cela montre un réel plébiscite de ce procédé. Nous avons une volonté de transparence : accès aux documents de la Ville, vidéos du Conseil municipal, création de la Commission Extra-Municipale d’Urbanisme et d’Aménagement. Pour la place de Gaulle, il faut envisager chacune des solutions. Et pourquoi pas faire un référendum s’il n’y a pas de préférence marquée ? Contrairement à ce que certains prétendent avec une mauvaise foi étonnante, dans tous les cas la place gardera ses arbres !

Aux Blagis, nous travaillons avec une agence pour organiser la concertation. Les ateliers participatifs de fin juin ont favorisé l’émergence d’un projet concret et de son phasage. Nous voulons l’articuler avec la démocratie participative en confiant une mission aux comités d’habitants. Nous avons l’idée d’un conseil participatif avec les comités, des associations et des volontaires. Nous ne voulons pas être limitatifs. La concertation permet d’offrir plusieurs points de vue et d’améliorer l’approche, même si une partie des débats se déroule au sein de la majorité municipale. Il faut trouver le bon équilibre. Ces consultations permettent de réaliser une photographie des envies des Fontenaisiens et d’être en phase avec celles-ci.

 

Quels sont les autres dossiers en cours au niveau du Territoire Vallée Sud-Grand Paris ?

Un des enjeux de la fin d’année est de décider si les équipements culturels et la piscine seront transférés ou non au Territoire. Il faut recueillir tous les éléments en amont pour savoir si la Ville récupère cette compétence. Les conditions de travail sont à prendre en compte, la gestion territoriale complexe aussi. Il y aura un vote en Conseil municipal. Et pour le Théâtre en mauvais état, il est déjà prévu la réfection de sa façade et de sa plateforme élévatrice au premier trimestre 2018. Pour les futurs projets de Cluster au Panorama ou les évolutions possibles du mail Boucicaut, nous avons un outil qui nous permet de garder la main : la Société Publique Locale d’Aménagement créée avec la Ville de Clamart. Avec le transfert de compétences d’aménagement au Territoire, les autres villes n’ont plus la maîtrise directe de leur aménagement. Or à Fontenay-aux-Roses, nous avons bien anticipé avec cette SPLA.